Accueil / International / Maghreb / Kabylie / Les décharges sauvages défigurent l’envi
Les décharges sauvages défigurent l’envi

Les décharges sauvages défigurent l’envi

Mizrana Elles pullulent à travers les villages de la commune
Les décharges sauvages défigurent l’environnement

Dans la commune de Mizrana, une localité située à quelques encablures au nord de la station balnéaire de Tigzirt et distante d’une trentaine de kilomètres du chef-lieu de wilaya de Tizi-Ouzou, la population se retrouve impuissante face à la prolifération des décharges anarchiques et sauvages, à travers la quasi-totalité des villages.

En empruntant les différents chemins communaux, on constate avec amertume l’ampleur prise par ces dépotoirs d’ordures ménagères, de gravats, d’amoncellements de décombres mêlés aux détritus, parsemés aux abords des routes, surtout dans les lieux connus pour leur dense couverture végétale. Il semble qu’aucune mesure adéquate n’a été prise ou entreprise pour éradiquer ces décharges sauvages qui polluent l’environnement et constituent une réelle menace sur la santé des habitants. Dans une telle situation, la responsabilité incombe en premier lieu à certains citoyens dépourvus de civisme en se permettant, toute honte bue, de déverser leurs saletés n’importe où. L’autre part de responsabilité revient aux services de l’environnement lesquels sont censés veiller à la préservation de ce milieu naturel. L’environnement se dégrade de plus en plus dans cette région montagneuse de Mizrana qui est connue pour la richesse de son patrimoine forestier. Cela, sans parler des multiples feux de forêt qui ravagent la faune et la flore. La dégradation de l’environnement aura certainement un impact négatif sur la santé des habitants, d’autant plus que la verdure qu’on présentait pour être le poumon écologique de la région, a laissé place aux odeurs nauséabondes dégagées par ces décharges. Aucun village n’échappe à cette situation regrettable. C’est à peine si on se limite à la collecte des ordures ménagères. Une amélioration doit intervenir dans ce sens, à l’exemple de nouveaux bacs à ordures plus appropriés, en attendant d’aménager les anciens. D’autre part, un travail de sensibilisation doit être entrepris par le secteur de l’environnement et le mouvement associatif à caractère écologique, afin de rendre salubre l’environnement du chef-lieu communal. A défaut, et vu la multiplication rapide des décharges sauvages, il en résultera des catastrophes biologiques et écologiques, de l’avis des professionnels de l’environnement. A Mizrana, le problème des décharges sauvages est devenu un vrai casse-tête pour tous les habitants des villages et hameaux, surtout les riverains et les usagers de ces tronçons routiers vers le chef-lieu communal, vers la station balnéaire de Tigzirt ou vers le chef-lieu de wilaya de Tizi-Ouzou. Il y a lieu de préciser également que le projet de réalisation d’une décharge publique intercommunale contrôlée au niveau du lieudit Ichariouen G’Ighil, qui regroupera les APC de Tigzirt, Makouda, Boudjima et Mizrana, a été mise en demeure suite à la contestation des habitants d’El Kelaâ qui se sont opposés à son implantation dans ledit endroit, le jugeant inadéquat. Selon certains d’entre eux, ce site devrait être un lieu touristique et pourrait être exploité si les responsables arrivent à mobiliser les fonds nécessaires. La création d’une décharge intercommunale contrôlée demeure la seule solution pour éradiquer ce phénomène inquiétant qui nuit à la santé publique des citoyens et menace directement la faune et la flore. Les autorités compétentes doivent vite réagir afin de mettre fin à ce phénomène qui ne cesse de s’amplifier ces derniers jours à cause de l’incivisme et de la défaillance conjugués de certains.
De : Mohammed Amrous

Spread the love

A propos Meriem News

Voir aussi

Festival AraboFolies du 17 octobre au 3 novembre 2020

Festival AraboFolies du 17 octobre au 3 novembre 2020 Nouvelle formule, nouveau rythme, nouvelle allure …

Laisser un commentaire

Translate »