Accueil / Sorties / Cinéma / A l'affiche / Toxicomanie ou Dépendance : Analyse

Toxicomanie ou Dépendance : Analyse

Toxicomanie ou Dépendance: Analyse

Toxicomanie ; dépendance ou encore plus récemment conduites addictives sont différents concepts utilisés au fil des années pour désigner des pratiques de consommation de substances psychoactives licites ou illicites et/ou des jeux vidéo ; internet ; jeux  .C’est un véritable fléau social à travers le monde .Au-delà du profil caricatural attribué au toxicomane marginal ; les personnes concernées ont des profils de personnalité ;social et professionnel divers : L’Adolescent initié par les copains ; les soirées festives des étudiants ; l’alcool mondain dans les hautes sphères professionnelles .La drogue est utilisée comme un raccourci chimique au plaisir ; à l’apaisement ou à l’extase.La dépendance à un produit est vue comme une recherche compulsive du produit et la présence de symptômes de sevrage lors de l’arrêt brutal de ce produit. Plusieurs facteurs prédisposent l’individu à cette dépendance ; des facteurs individuels génétiques comme l’alcoolisme Trans générationnel (grand père –père –fils) ; des facteurs socioculturels ; environnementaux et familiaux (les carences éducatives ; l’absence d’un parent ; familles éclatées ; les mauvaises fréquentations ; les séparations ; les traumatismes psychiques liés aux guerres et violences de toute nature ; les difficultés professionnelles : burn out …)  . La dépendance peut survenir à tout moment de l’existence ; mais la période de 15-25 ans est la plus propice ; le comportement à risque des adolescents facilite les premières expériences Pendant cette période. Jusqu’à 20-25 ans ; le cerveau est encore en maturation et paraît plus vulnérable aux effets toxiques.

Et l’usage précoce de drogues expose à un risque accru d’apparition d’une addiction par la suite. Dans l’ensemble, les hommes sont plus souvent concernés par les addictions que les femmes.Certaines substances semblent avoir un pouvoir addictif supérieur à d’autres compte tenu de la proportion de personnes dépendantes parmi leurs consommateurs. Le produit le plus addictif serait le tabac (32% des consommateurs sont dépendants), suivi par l’héroïne (23%), la cocaïne (17%) et l’alcool (15%). La vitesse d’installation de la dépendance varie également en fonction des substances. Les dépendances au tabac, à l’héroïne et à la cocaïne peuvent se développer en quelques semaines, alors que celle à l’alcool est beaucoup plus lente.Les conduites addictives exposent le consommateur non seulement à des  de santé et de sécurité (individuelle et collective) : sécurité routière ; accidents de travail ; violences ….mais aussi à des conséquences pénales parfois lourdes Radical rapporte la santé évoque : chaque année 73000 décès liés au tabac ; 41000 décès liés à l’alcool .1enfant sur 1000 nait avec un syndrome d’alcoolisme fœtale lié à la consommation d’alcool pendant la grossesse. L’alcool est présent dans 30% des condamnations pour violences ; 40% des violences familiales et 30%des viols et agressions ;Un taux d’alcoolémie supérieur à 0.5gest présent dans près de 30% des accidents mortels de la route .1/4 des accidents de la route sont liés à la consommation des stupéfiants.La conduite sous influence multiplie le risque d’accident mortel par 8.5 Le coût annuel de la prise en charge des conduites addictives s’élève à 20milliar d’euro. Le diagnostic de l’addiction (ou dépendance) repose sur des critères bien définis, fixés par des instances internationales de santé mentale. Un sujet est considéré comme souffrant d’une addiction quand il présente ou a présenté, au cours des 12 derniers mois, au moins deux des onze critères suivants :

*Besoin impérieux et irrépressible de consommer la substance ou de jouer

*Perte de contrôle sur la quantité et le temps dédié à la prise de substance ou au jeu

*Beaucoup de temps consacré à la recherche de substances ou au jeu

*Augmentation de la tolérance au produit addictif

*Présence d’un syndrome de sevrage, c’est-à-dire de l’ensemble des symptômes provoqués par *l’arrêt brutal de la consommation ou du jeu

*Incapacité de remplir des obligations importantes

*Usage même lorsqu’il y a un risque physique

*Problèmes personnels ou sociaux

*Désir ou efforts persistants pour diminuer les doses ou l’activité

*Activités réduites au profit de la consommation ou du jeu

*Poursuite de la consommation malgré les dégâts physiques ou psychologiques. L’addiction est qualifiée de faible si 2 à 3 critères sont satisfaits, modérée pour 4 à 5 critères et sévère pour 6 critères et plus.Les conséquences de ces conduites peuvent être délétères ; Celle-ci peut être directement liée à l’usage excessif de la substance (overdose, coma éthylique) ou provoquée par les effets secondaires à long terme (nombreux cancers associés à la consommation d’alcool et de tabac, troubles neurologiques et psychiatriques des consommateurs réguliers de drogue, contamination par le VIH…)sans oublier les souffrances de l’entourage ; les séparations et les violences interpersonnelles.

Il existe des centres et des services dédiés à la prise en charge d’une addiction est multidisciplinaire : elle associe un traitement adapté en fonction de l’addiction et des pathologies associés ; un accompagnement psychologique et social.

La prise en charge sont souvent très longues ; semées de rechutes.Des chercheurs continuent à exploiter plusieurs pistes pour comprendre et traiter la dépendance notamment la piste des neurosciences et celles de génétique. Le meilleur traitement reste la prévention chez les plus jeunes avant l’entrée au collège ; prévention elle implique plusieurs corps de métiers (spécialistes ; gendarmeries et polices ; travailleurs sociaux ; éducateurs ; juristes) ; elle passe par la sensibilisation et l’information des jeunes et des familles sur les conséquences des conduites addictives sur la santé ; la scolarité ; et l’avenir du jeune. La prévention doit faire partie des programmes d’enseignement primaire ; moyen et secondaire et s’imposer dans tous les milieux et clubs sportifs et associatifs. Exploiter l’outil informatique pour rendre l’information accessible à tous : réseaux sociaux et forum et pourquoi pas une prise en soins en téléconsultation.

By Ferrah  Menad

Journaliste / Contributeur Meriem News

Spread the love

A propos Meriem News

Voir aussi

Sur les routes de Samarcande. Merveilles de soie et d’or – Exposition IMA

Sur les routes de Samarcande. Merveilles de soie et d’or – Exposition Art du 23 …

Translate »

En continuant à utiliser le site, vous acceptez l’utilisation des cookies. Plus d’informations

Les paramètres des cookies sur ce site sont définis sur « accepter les cookies » pour vous offrir la meilleure expérience de navigation possible. Si vous continuez à utiliser ce site sans changer vos paramètres de cookies ou si vous cliquez sur "Accepter" ci-dessous, vous consentez à cela.

Fermer