Accueil / International / Maghreb / Kabylie / Tigzirt Auréolée la capitale culturelle
Tigzirt Auréolée la capitale culturelle

Tigzirt Auréolée la capitale culturelle

Tigzirt. Auréolée la capitale culturelle.

A l’initiative des boites de communications « Tiwizi Production » et « Mizrana Productions », une vente dédicace, conférence et projection d’un film documentaire sont organisés à l’enceinte du cinéma de Mizrana, où des foules nombreuses ont submergé l’hémicycle culturel.

Les deux boites de communications « Tiwizi Productions » et « Mizrana Productions » ont organisé, hier, Jeudi le 14 juillet une journée vente dédicace « Eclats de Vie » au hall d’accueil du cinéma Mizrana à Tigzirt , suivie d’une projection d’un film documentaire intitulé « les martyrs reviennent à Ighil Bouzerou » réalisé par l’auteur journaliste Mourad Hammami, et ainsi une conférence ayant pour thème « Tigzirt et la littérature » animée par les écrivains locaux et,ainsi Malika Arabi auteur d’un livre intitulé « Eclats de vie ».

Des écrivains et journalistes locaux ont participé à cette rencontre culturelle qui a réussi à regrouper des centaines de visiteurs venant découvrir le secret de cette manifestation.
Les participants, qui étaient présents à cette action sont entre autres : Malika Arabi qu’est auteur de l’ouvrage « Eclats de Vie », Amar Idjerouiden auteur, Mohamed Gharnaout, romancier journaliste, Tarik Yacine écrivain et professeur de secondaire, Moh Tahar Abdelkrim , Mohand Salah Seddik……. Et bien d’autres.
la manifestation qui a débuté vers 14 h 00 , a réussi à drainer une foules nombreuse de la population locale venue curieusement découvrir le nouvel ouvrage autobiographique de l’auteur Malika Arabi, un ouvrage à travers lequel elle révèle ses profonds et lointains souvenirs et assister aux différentes prestations offertes en cette journée de week end.

Les visiteurs que nous avons apostrophés jugent que l’initiative est d’un rôle très important pour le lectorat de cette région et les estivants passant des vacances à Tigzirt qui n’ont pas failli de se rapprocher en masse à cette occasion. « louable initiative, le moindre mot que l’on puisse dire ,c’est encourageant de voir à chaque fois initier de telles actions au profit de la population locale en vue d’inciter les gens de la région à s’intéresser à la lecture et en particulier à l’écriture des ouvrages; en kabyle, en français ou en anglais, tout dépend l’inspiration et les capacités de la personne, car étant donné que dans notre région ce genre de culture est un comble majeur, la création et la production intellectuelle en matière d’ecriture constitue un grand vide, ce n’est pas de notre goût ; pourtant, on a des hommes capables, studieux et intelligents qu peuvent écrire des ouvrages en vue d’ apporter un plus pour la région en général et la faire sortir de l’anonymat. » Déclare Arezki Hammami lors de la séance d’allocution,qu’ responsable de Tiwizi Production, responsable de l’agence de communication spécialisée dans l’écriture et la réalisation des films historiques dont le siège est fixé en France.

Apres la vente dédicace par Malika Arabi, les visiteurs sont gâtés par la projection d’in film documentaire sur la révolution algérienne sous le titre « les martyrs reviennent à Ighil Bouzerou » où « Ccuhada uγalend ar Ighil Buzeru » réalisé par le journaliste Mourad Hammami.

A travers le synopsis, le film d’une durée de 70 mns traite tout en mettant en exergue le village Ighil Bouzerou à travers 11 chapitres sur le rôle joué par ce village durant la révolution nationale du 01 novembre 1954. Ighil Bouzerou est un village de près de 5000 habitants, relevant de la commune de Beni Aissi dans la région de Beni Douala, une localité distante d’une dizaine de Kms du chef lieu de wilaya de Tizi-Ouzou. Il est un village ayant beaucoup contribué à la Révolution nationale Algérienne.
Le 21 et 22 mai 2011 les habitants ont décidé d’exhumer les corps des martyrs enterrés dans divers endroits, et ce dans le tumulte de la guerre d’Algérie.

Ce jour là, tous les habitants du village se sont réunis à la placette du village. Cette action avait pour l’objectif de les réunir pour l’exhumation des martyrs dans un carré qui leur a été érigé à l’entrée du village.
Elle constitue aussi un plongeant terrible dans l’histoire de la Guerre d’Algérie. L’équipe de Mizrana Production à enquêté sur l’histoire et le rôle joué par ce village durant cette terrible guerre de prés de 8 ans qui a laissé des blessures, des séquelles, des stigmates, lesquelles demeurent encore vivaces dans les esprits, les cœurs et la mémoire en général de survivants.

Ce documentaire de 70 mns, met ainsi en valeur le rôle joué par Ighil Bouzerou durant la Glorieuse Révolution nationale et cette œuvre évoque les exactions, les témoignages des survivants, le rôle jouée par les femmes, les veuves, les orphelins de ce village, et Badaraco, un lieu sinistre de torture et d’exécutions sommaires, le capitaine Audino et la SAS de Beni Douala.

Ce film a suscité beaucoup d’intérêts aux visiteurs et les honorables invités qui se sont venus, c’ainsi une séance de questions et réponses a été pour la causé consacrée pour des éclaircissements et d’amples de renseignements sur cette œuvre. Les présents n’ont pas manqué de féliciter e d’applaudir au jeune réalisateur après réponse à leurs interventions.

C’est ainsi qu’un autre Thème s’est porté autour de la littérature locale, prononcé par Tarik Yacine, écrivain, Professeur de l’enseignement Secondaire à Tigzirt, qui a de sa part développé la thématique de la littérature au niveau locale.

Selon l’orateur, l’objectif de cet exposé est de valoriser les initiatives à l’écriture, et susciter des débats sur l’écriture ouvrages sur des personnes célèbres de la région (personnes
Historiques, dramaturges, chanteurs maquisards……etc.), et ainsi les œuvres évoquant l’historique de toute la région sur la station balnéaire de Tigzirt qui a vécu une succession de civilisations ; romaine, phénicienne, espagnole, turque jusqu’au colonialisme français et les potentialités touristiques économiques qu’elles recèlent, qui font d’elle une splendide et une coquette ville dont l’ancrage historique remonte à plus de deux mille ans.

A rappeler que cette initiative se veut être également une rencontre qui regroupera les lecteurs et écrivains, et elle consiste à inciter les générations actuelles à l’écriture et la lecture.

Dans le même sillage, les initiateurs de cette action comptent étaler leurs manifestations même dans la ville côtière de Azeffoun et la maison de la culture « Mouloud Mammeri » de Tizi ouzou dans les prochains jours à partir du 16 au 30 juillet dans le cadre du festival « lire en fête » où prendront part les écrivains locaux et d’autres invités qui viendront de divers horizons.

Le programme prévu est d’organiser une série de conférences en ce qui concerne le rapport à l’écriture dans la société orale, et elle sera suivie par une vente dédicace des écrivains participants.

Enfin, il est à signaler que la station balnéaire de Tigzirt est auréolée la capitale culturelle, vu les derniers événements qu’elle a connus ces derniers jours ; des manifestations culturelles qui ont enregistré un haut record dont on citre entre autres, le village des petits débrouillards, la sixième édition du festival arabo africain , et elle abritera un autre panoplie de festivités artistiques si riche pendant tout le mois de carême à savoir des soirées théâtrales et des animations artistiques.

DE: Mohammed AMROUS

Spread the love

A propos Meriem News

Voir aussi

Festival AraboFolies du 17 octobre au 3 novembre 2020

Festival AraboFolies du 17 octobre au 3 novembre 2020 Nouvelle formule, nouveau rythme, nouvelle allure …

Laisser un commentaire

Translate »