Accueil / International / Maghreb / Algérie / Sculpture diplomatique

Sculpture diplomatique

Œuvre reliant l’Algérie à la Tunisie L’artiste algérien Bouziane travaille sur une «sculpture diplomatique» «La sculpture sera un témoignage des relations historiques, culturelles et politiques entre les deux pays» affirme Ben Ahmed Bouziane.

 L’office national du tourisme tunisien finance une œuvre diplomatique du sculpteur algérien Ben Ahmed Bouziane. Cette œuvre taillée sur bois présentera la carte des deux pays avec des dimensions et des significations historiques et culturelles, a indiqué l’artiste. «La sculpture sera un témoignage des relations historiques, culturelles et politiques entre les deux pays», affirme Ben Ahmed Bouziane.

Après sa réalisation, l’œuvre diplomatique sera exposée dans le musée de la wilaya d’El Tarf puis dans la plupart des musées du pays. Après sa tournée dans les musées algériens, l’œuvre sera exposée au musée tunisien. Sur le choix du pays, l’artiste affirme avoir reçu une réponse favorable pour la réalisation et le financement de cette œuvre par l’Office du tourisme tunisien sans aucune lacune.

La Tunisie est un pays touristique qui investit avec générosité dans les métiers artisanales. Le tourisme pour eux est comme le pétrole. En plus, les autorités dans ce pays facilitent notre travail et on ne trouve pas de problème de bureaucratie», ajoute-t-il.

 Il est à noter que Ben Ahmed Bouziane a appris la sculpture à l’âge de 18 ans. En 1998, l’artiste a fait sa première sculpture diplomatique «La maison magrébine». L’artiste a excellé ensuite avec des œuvres diplomatiques pour l’Union africaine, l’Union européenne et le Koweit.

Ces œuvres ont un aspect civilisationnel afin de lier les peuples et les pays du monde. Entre autres, l’artiste travaille pour l’ouverture d’une école de sculpture diplomatique en Algérie afin de faire apprendre ce métier aux générations futures. Il œuvre aussi pour l’organisation de séminaires et de colloques internationaux sur la sculpture diplomatique. «Ce métier est précieux et le sculpteur doit avoir des connaissances techniques, culturelles, artistiques et historiques pour faire une œuvre signifiante», a il déclaré.
Par Mohammed Amrous

Spread the love

A propos Meriem News

Voir aussi

Festival de la Diversité Interculturelle du 21 au 24 mai 2021

Festival de la Diversité Interculturelle du 21 au 24 mai 2021 à Paris. Le premier …

Laisser un commentaire

Translate »

En continuant à utiliser le site, vous acceptez l’utilisation des cookies. Plus d’informations

Les paramètres des cookies sur ce site sont définis sur « accepter les cookies » pour vous offrir la meilleure expérience de navigation possible. Si vous continuez à utiliser ce site sans changer vos paramètres de cookies ou si vous cliquez sur "Accepter" ci-dessous, vous consentez à cela.

Fermer