Accueil / International / Maghreb / Kabylie / Article Tigzirt s’éboule
Article Tigzirt s'éboule

Article Tigzirt s’éboule

Elle risque de se retrouver un jour immergée
Tigzirt s’éboule

Il a été constaté que la terre savonneuse varie par endroit, allant de 11 jusqu’à 50 mètres. La totalité de la terre souffrant de glissement est estimée à 150 ha.

Parmi les maux dont souffre Tigzirt, on note le glissement de terrain qui menace cette ville en plusieurs endroits différents. Le plus grave est sans doute celui qui touche la partie est de la ville. Le problème a été sans cesse posé aux autorités locales et de la wilaya. Il a été constaté que la terre savonneuse varie par endroit, allant de 11 jusqu’à 50 mètres. La totalité de la terre souffrant de glissement est estimée à 150 ha. Ce qui a poussé les autorités à effectuer une étude du sol en vue d’apporter une solution définitive, capable de stopper l’activité sournoise du phénomène naturel. Selon un élu de cette région, une étude du sol à été faite il y à peine deux à trois années qui a été confiée par les pouvoirs publics à un bureau d’études français. «Ce bureau d’étude français a livré les premiers résultats de son analyse. Il a été constaté que la terre savonneuse varie par endroit, allant de 11 jusqu’à 50 mètres» a-t-il précisé.
La totalité de la terre souffrant de glissement est estimée à 150 ha. Il pourrait même être recommandé d’évacuer totalement cette zone du fait des risques majeurs qu’elle présente. Pour connaître de près les appréhensions des habitants de ce quartier de l’est de Tigzirt, communément appelé Tighilt Buhriq. Toutes les habitations de ce quartier ont été tristement ébranlées par cette terre qui bouge. C’est comme si un violent séisme était passé par là. Certaines habitations comme celles qui se trouvent en face du café sont totalement démolies.
L’un des membres du comité de ce quartier qui lutte, en vain, depuis des années, pour qu’une solution soit trouvée pour les délivrer de ce calvaire, fulmine : “Notre quartier est mis en quarantaine. On dirait que nous ne faisons pas partie de la ville. Depuis plus de six ans, aucun projet de viabilisation ou de réparation n’a été dégagé.” Ajoute un autre membre actif du comité de quartier, pour qui, le glissement n’est pas une fatalité. Il reste septique quant aux résultats du bureau d’études français. “Il est vrai que la terre est glissante depuis longtemps. Mais ce glissement est encouragé par la mauvaise gestion de ce lieu. Je cite entre autres les constructions anarchiques, la mauvaise gestion de l’assainissement et des eaux de pluie.” Sur la probable décision d’évacuation de tout le quartier, il déclare : “Qu’ils nous proposent d’autres solutions. Mais je pense que c’est une manœuvre qui a d’autres objectifs que celui de nous protéger.” Et Karim enchaîne : “À travers ce laisser-aller, ils veulent provoquer le pourrissement et nous dire que c’est fatal.” Pour M’hamed, il n’y a pas de solution magique. Selon lui, elle réside dans l’évacuation des eaux d’assainissement et de pluie depuis le lieudit Ameziav au pied du village Cheurfa. Les représentants de ce quartier évoquent aussi le plan qu’ils ont exposé aux autorités locales. Il s’agit de constituer trois réseaux principaux qui évacueront les eaux de pluie, la réhabilitation des réseaux d’assainissement et leur évacuation à la station de refoulement du port, le contrôle des constructions ainsi que la réalisation de murs de soutènement, à l’exemple de ceux réalisés au niveau de la grande plage, dans le cadre de l’aménagement des sites touristiques. Notre virée sur les lieux coïncide avec d’importantes averses de pluie. La chaussée en face de ce café s’est transformée en une véritable piscine. A signaler qu’une réunion a eu lieu également au siège de la wilaya de Tizi-Ouzou qui était présidée par le SG du wali. “À cette réunion, les véritables représentants des quartiers concernés par le problème du glissement n’ont pas été conviés. À la place, ils ont invité d’autres personnes dociles pour représenter la société civile.” Notre interlocuteur “dénonce cette étude longtemps attendue et pour laquelle 30 millions DA ont été déboursés et la solution facile proposée qui consiste à évacuer la zone”. Enfin, à noter qu’en plus de ce quartier est de la ville de Tigzirt qui s’étend sur une longueur de près de 3 km, Un autre quartier, à la sortie ouest de Tigzirt au lieudit Boutrahi est également touché par le glissement de terrain. Ces derniers jours d’hiver, un décalage du sol a rendu la circulation automobile très difficile créant des embouteillages à l’est de la ville de Tigzirt et sur la RN 24 desservant à la circonscription de Mizrana. Sur les lieux, on trouve un panneau de signalisation nous prévenant du danger de s’enfoncer. En effet, la chaussée a recommencé à s’affaisser, dangereusement, au même endroit et sur plusieurs failles. Actuellement, elle est, d’ailleurs dans un état des plus piteux. Et d’ici quelques années, si le problème n’est pas pris en charge efficacement, la route sera inévitablement fermée. Notons, aussi, que le glissement en question menace également la vie d’une famille nombreuse, dont les citoyens de toute la daïra de Tigzirt. Si les autorités locales et de la daïra, ainsi que celles de la wilaya ne font pas d’autres études d’envergure que les précédentes, Tigzirt risquerait un jour de se retrouver en mer, à cause de ce phénomène qui ne cesse de prendre de l’ampleur d’une année à l’autre. Par exemple : réaliser au moins un drainage en profondeur pour évacuer les eaux souterraines responsables du mouvement de terrain. La solution peut freiner le glissement, mais, depuis maintenant de longues années, le phénomène semble reprendre ses droits. Les citoyens et les commerçants de cette région interpellent les autorités concernées de saisir cette primordiale commodité qu’est la solution définitive de freiner ce phénomène. Un appel de détresse a est lancé à toutes les autorités civiles et publiques pour discuter et débattre sur ce calvaire, et essayer de trouver une solution adéquate à ce phénomène, dans le cas contraire Tigzirt court le risque de se voir un jour disparaître et rayée de la carte.
Mohammed Amrous

A propos Team MN

Voir aussi

Idir en concert le 8 novembre au Grand Rex

Idir en concert le 8 novembre au Grand Rex IDIR revient avec un nouvel album …

Laisser un commentaire

Translate »